dimanche 13 août 2017

En Gaspésie – Rapport d'observation astronomique 2017.08.09.s+10.s

Je suis allé, la semaine dernière, faire un petit tour en Gaspésie avec ma cousine Anne chez notre amie Karen. J'ai pu en profiter pour faire un peu d'astronomie, y ayant apporté mes jumelles 9x63. Il y avait, les deux soirs où j'ai pu observer, des passages nuageux et une Lune gibbeuse, mais celle-ci était cachée derrière une montagne proche, ce qui en a atténué les effets. Nous étions dans un village situé du côté nord de la Gaspésie, à l'entrée d'une vallée, de telle sorte que l'horizon sud était assez bien dégagé et la pollution lumineuse n'était pas excessive. On voyait bien la Voie Lactée au zénith. J'étais installé dans la cour chez Karen et celle-ci et Anne m'ont accompagné une partie de la soirée, chaque soir, désireuses surtout de voir des Perséides. Voici, en gros, les objets observés durant ces deux soirées.

Deux ou trois Perséides, mais aussi une autre étoile filante dont le radian semblait situé non dans Persée, mais peut être dans la région du Capricorne ou du Verseau. Vues aussi par Anne et Karen.

M8, Nébuleuse de la Lagune, nébuleuse diffuse.
M22, amas globulaire dans le Sagittaire, que j'ai pu faire voir à Karen en lui apprenant à se déplacer d'étoile en étoile.
M23, amas ouvert dans le Sagittaire.
M24, nuage d'étoiles dans le Sagittaire.
M13, le Grand amas d'Hercule, amas globulaire.
Cr 399, le Cintre, astérisme dans le Petit Renard.
ε Lyr, la Double-double de la Lyre, que j'ai pu aussi faire voir à Karen (deux composantes visibles).
M15, amas globulaire dans Pégase.
M31, la Grande galaxie d'Andromède, galaxie spirale qu'Anne et Karen ont aussi pu trouver aux jumelles.
M52, amas ouvert dans Cassiopée.
NGC 7789, la Rose de Caroline, amas ouvert.
Stock 2, amas ouvert à la limite de Cassiopée et de Persée, mieux visible en vision décalé, mais étendu.
NGC 869 et 884, Amas double de Persée, amas ouverts.

C'était deux soirées d'observations bien relaxes, dans une chaise longue, à revoir de beaux classiques du ciel, en compagnie d'Anne et de Karen mais aussi de Coquineau, un petit chat des alentours.

mardi 1 août 2017

Bilan de trois ans d'observation astronomique - 2017.08.01

Mon retour à l'observation astronomique s'est fait le 3 août 2014, lorsque mon frère Emmanuel m'a donné en cadeau un petit télescope. Ça a été le réveil d'une passion jusqu'alors mise en veilleuse par la force des choses. Je n'avais presque plus observé au télescope depuis les sorties à l'Observatoire du Collège de Lévis (aujourd'hui Observatoire Alphonse-Tardif), alors que l'abbé Tardif nous montrait les grands classiques du ciel, vers 1980. Par la suite, je n'avais fait qu'un peu d'observation aux jumelles (en ville) et j'avais mis l'oeil à l'oculaire deux ou trois fois, avec mon frère Jérôme. Par contre, j'avais beaucoup lu sur l'astronomie et j'avais suivi un cours universitaire avec l'astrophysicien Jean-René Roy.

Mon retour à l'observation astronomique date donc de trois ans, durant lesquels j'ai noté soigneusement toutes mes observations. La plupart ont été faites de chez moi en banlieue (sur la galerie ou dans la cours) dont certaines ont été palpitantes : découvrir M46, par exemple, de ma galerie, alors qu'il faisait un froid polaire, alors que je devais faire du saut d'étoile en étoile dans un ciel en mouvement lent entre un mur et un arbre, alors que je ne devais pas perdre mes points de repère célestes au fur et à mesure qu'ils disparaissaient derrière le mur et que M46 allait surgir de l'arbre, alors que la pollution lumineuse urbaine ne facilitait rien, découvrir M46 dans ces conditions est un souvenir palpitant! Je pense aussi à d'autres belles observations, comme celles du quasar 3C 273 et de l'amas globulaire NGC 5053, difficiles à trouver même sous un bon ciel, ou bien celle d'Uranus, lorsque je l'ai trouvée pour la première fois par moi-même, observation qui m'avait si enthousiasmé, ou encore celle de Saturne et celle de l'Anneau de la Lyre, toutes deux fantastiques au T500/2500 de l'observatoire de Saint-Pierre, ou enfin celle de la nébuleuse Amérique du Nord aux jumelles 9x63. Et puis, il y a eu ce plaisir des sorties partagées avec Emmanuel, riches de découvertes et de conversations stimulantes, mais aussi avec des parents et amis allant du tout-débutant à l'astronome amateur chevronné : Guy et Thérèse, Anne, Michel, Jérôme, François, Sébastien L., Denis et M. Collin. Il y a par ailleurs ces souvenirs d'animaux sauvages, vus ou entendus lors de sorties à la campagne : Renards traversant la route, chevreuils bramant, coyotes hurlant, ouaouarons coassant, chouette hululant et oies blanches caquetant. Et puis, enfin, cette impression indicible, toujours là lorsqu'on se rend en automobile vers notre site d'observation et que le crépuscule laisse lentement place à la nuit étoilée, impression de mystère et de fascination, d'attente enthousiaste et de petitesse devant l'infini qui se dévoile... Que c'est formidable l'astronomie!

Au cours de ces trois ans, les observations ont été nombreuses, variées, étonnantes. Un objet ou un phénomène céleste a pu être observé une seule fois, un autre souvent, et l'une de mes grandes fiertés est d'avoir trouvé (par saut d'étoile en étoile) et observé tous les objets Messier! Ma liste détaillée d'observation (celle sur ce site internet est une liste simplifiée, qui contient beaucoup moins de notes et de détails) compte à ce jour 491 entrées. Seules 5 entrées rapportent des observations faites avant 2014 et non reprises par la suite (par exemple, la comète Hale-Bopp en 1997 et des aurores boréales il y a très longtemps) et seules 8 entrées (des nébuleuses, des amas ouverts et des galaxies) rapportent des objets célestes que je n'ai jamais trouvés par moi-même mais que m'a montrés mon frère Emmanuel dans son télescope.

Ma liste détaillée d'observation comporte donc les catégories suivantes de phénomènes et d'objets célestes :

Phénomènes astronomiques

3 phénomènes à la limite de l'espace et de l'atmosphère (aurores, étoiles filantes et météores; dont 1 phénomène avant 2014, non revu)
20 phénomènes spaciaux (éclipse de Lune, conjonctions, alignements planétaires, etc., dont 2 phénomènes avant 2014, non revus)

Objets du Système solaire

7 planètes (sans compter ici notre bonne vieille Terre!)
1 planète naine
3 astéroïdes
3 comètes (dont 2 avant 2014, non revues)
7 satellites naturels (dont la Lune)
1 système d'anneaux

Objets du ciel profond

70 étoiles simples, doubles ou multiples
3 nébuleuses obscures
8 nébuleuses planétaires (dont 1 montrée par Emmanuel)
2 nébuleuses rémanents de supernova (dont 1 montrée par Emmanuel)
11 nébuleuses diffuses
13 astérismes miniatures
1 nuage d'étoiles
1 association stellaire
80 amas ouverts (dont 3 montrés par Emmanuel)
38 amas globulaires
72 galaxies (dont 3 montrées par Emmanuel )
1 quasar
Voie Lactée
1 chaîne de galaxies

Détails de surface

Courbure de la Terre (observation d'un navire disparaissant sous l'horizon, sur l'Atlantique)
140 détails de surface lunaire
2 détails de surface jovienne
Division de Cassini

C'est beaucoup et peu à la fois, toutes ces observations, mais c'est surtout un intense plaisir renouvelé de sortie en sortie! Mon pays, ce n'est pas un pays, c'est la nuit!

Sébastien

lundi 31 juillet 2017

Conjonction Lune-Jupiter – Micro rapport d'observation astronomique 2017.07.28.s

Vendredi dernier, 28 juillet, informé par mon frère Jérôme de ce que le ciel nous montrait de beau, j'ai jeté un coup d'oeil à la très jolie conjonction entre la Lune et Jupiter. La Lune était en croissant, 2½° au dessus de Jupiter, ce qui donnait à l'ensemble l'allure d'un amusant point d'interrogation céleste!

mercredi 26 juillet 2017

Encore quelques étoiles doubles – Mini-rapport d'observation astronomique 2017.07.25.s

C'est les vacances et j'en profite! Hier soir, mardi 25 juillet, je suis descendu dans la cour où je me suis couché dans l'herbe et de là, durant quelques minutes, aux jumelles 9x63, j'ai observé de nouveau des étoiles doubles mentionnées par Mathew Wedel dans son article du Sky & Telescope du mois d'août :

ν Draconis, les Yeux du Dragon, vrai système binaire dont j'ai vu les deux composantes, de magnitude à peu près égale.

16 et 17 Draconis, double optique dont les deux composantes étaient encore de magnitude à peu près égale.

κ Cephei, vrai système binaire dont une seule composante se laissait voir aux jumelles, mais qui formait aussi une double optique avec une étoile voisine.

Profitant de ce que j'étais dans les parages, j'ai aussi jeté un coup d'oeil à l'astérisme Kemble 2, la Petite Cassiopée, dans le Dragon, dont seules les trois étoiles les plus brillantes se laissaient voir.

J'ai terminé en regardant l'amas globulaire M13, le Grand Amas d'Hercule, plutôt modeste dans ce ciel de banlieue.

Carpe noctem!

dimanche 23 juillet 2017

Un beau ciel d'été! – Rapport d'observation astronomique 2017.07.22-23.n


Hier soir, samedi 22 juillet, j'ai fait une sortie d'observation avec un très vieil ami, Michel, qui avait été avec moi membre de l'Astro-club du Collège de Lévis, à la fin des années 1970 et au début des années 1980. Nous sommes allés dans Bellechasse, sur le bord d'un petit chemin de campagne très tranquille et proche du fleuve. Pas de Lune et pas de pollution lumineuse significative pour nos observations. Il y a eu quelques petits nuages en début de soirée et la scintillation n'était alors pas bonne, mais les nuages ont vite disparu et la scintillation est devenue bien meilleure par la suite. Nous avions les jumelles 9x63 et le télescope 203/1200, et avons utilisés des oculaires qui grossissaient 38x et 100x (et 240x pour Jupiter). Quand l'un de nous était au télescope (nous nous sommes partagé les recherches), l'autre était souvent aux jumelles. J'ai une fois de plus été surpris par la qualité des observations faites avec ces jumelles : elles captent beaucoup de lumière et permettent de voir les objets célestes dans un environnement plus étendu qu'au télescope. À partir de 11h30, la Voie Lactée était franchement spectaculaire et on distinguait bien la section longitudinale moins lumineuse qui semblait la scinder en deux.

Notre soirée d'observation a commencé au télescope avec Jupiter, qui descendait sur l'horizon ouest, et ses quatre satellites galiléens, qui encadraient la planète de façon bien symétrique, deux à droite et deux à gauche. Le grossissement poussé à 240x n'a rien donné d'intéressant : la turbulence était telle qu'un flou entourait la planète et qu'on ne distinguait pas de bandes nuageuses sombres.

Michel a ensuite tourné le télescope vers Saturne, dont les anneaux sont toujours très inclinés. Je n'ai pu m'empêcher d'avoir une pensée amusée pour les astrologues, puisque Saturne n'est en ce moment d'en aucune constellation du zodiaque, mais bien dans le Serpentaire! Héhé!

Nous avons abondamment profité de ce soir de juillet pour observer des grands classiques, mais aussi des objets célestes plus discrets, en direction du centre galactique, proche de l'horizon sud. Juillet et août sont les meilleurs mois pour les observer et ils ne restent pas longtemps dans le ciel :

M4, amas globulaire du Scorpion, proche d'Antarès, visible aux jumelles et se résolvant en étoiles au télescope, à 100x.

M7, Amas de Ptolémée, amas ouvert du Sagittaire. Impressionnant aux jumelles, il est spectaculaire au télescope à 38x, remplissant le champ de l'oculaire.

M6, Amas du Papillon, amas ouvert du Sagittaire. Plus petit que M7, il se voit néanmoins très facilement aux jumelles. Au télescope à 38x, Michel et moi avons remarqué l'une de ses étoiles qui se distinguait par sa teinte orangée.

M8, Nébuleuse de la Lagune, nébuleuse diffuse, et NGC 6530, amas ouvert, dans le Sagittaire. Ces deux objets, visibles ensemble au télescope à 38x et 100x laissaient voir, entre l'amas et la partie la plus lumineuse de la nébuleuse, une sorte de bande sombre assez contrastée. Je n'ai pas noté – et je ne me souviens malheureusement pas – si nous avons observé ces deux objets célestes aux jumelles.

M24, Nuage d'étoiles du Sagittaire, observé en passant, aux jumelles comme au télescope. Je me souviens, il y a deux ans, alors que j'étais avec mon frère Emmanuel, d'avoir passé la moitié d'une soirée à l'observer dans le détail. C'est un objet céleste fascinant.

M17, Nébuleuse du Cygne ou Oméga, nébuleuse diffuse du Sagittaire. Visible aux jumelles. Sa forme de Cygne flottant sur l'eau, avec son long cou courbé, était bien visible au télescope à 100x.

Les deux objets suivants étaient deux objets que je n'avais jamais observés auparavant et que j'ai trouvés au télescope à 38x, pour mieux les regarder ensuite à 100x : NGC 6624, un amas globulaire proche de Kaus Media, dans le Sagittaire, et NGC 6638, un amas globulaire proche de Kaus Borealis, toujours dans le Sagittaire. Ces deux amas se présentaient comme de petites taches floues, non résolues en étoiles.



Nous nous sommes ensuite éloignés du centre galactique pour explorer d'autres parages.

Comme Michel voulait voir des galaxies (et moi aussi, d'ailleurs : n'ayant pas fait de sortie en campagne, au printemps, les galaxies me manquent!), nous avons d'abord jeté un coup d'oeil à M109, dans la Grande Ourse, qui était proche de la limite de la visibilité directe, à 100x, mais tout-de-même assez étendue.

Nous nous sommes ensuite tournés vers M31, la Grande Galaxie d'Andromède (visible à l'oeil nu, aux jumelles et au télescope), et ses deux galaxies satellites M32 et M110, bien visibles à 100x. M32 avait l'allure d'une étoile floue, tandis que M110 se présentait comme une petite tache ovale.

Pendant que Michel observait le trio andromédien au télescope, j'ai jeté un petit coup d'oeil, aux jumelles, à M33, la Galaxie du Triangle. Un peu difficile, assez étendue et avec une magnitude surfacique basse, elle se voit mieux aux jumelles qu'au télescope. Je l'avais vue, en 2014, je crois, lors d'une sortie avec Emmanuel, aux jumelles 10x50 et au télescope 114/1000, mais c'est hier soir, avec les 9x63, que cette galaxie se laissait le mieux voir.

NGC 6940, amas ouvert dans le Petit Renard. C'est le troisième objet de cette sortie que je n'avais jamais observé auparavant et que j'ai trouvé aux jumelles, puis au télescope. Au télescope, c'est un bel amas, comptant de nombreuses étoiles d'éclat assez comparable et qui se démarque du champ surtout par la densité de son piqué d'étoiles.

Nous avons fini la soirée par des coups d'oeil très rapides à trois grands classiques du ciel profond :

NGC 869 et 884, le Double Amas de Persée, amas ouverts visibles à l'oeil nu, aux jumelles et au télescope.

M13, le Grand Amas d'Hercule, amas globulaire, observé au télescope à 100x, se résolvant en étoiles et qui semble avoir été, avec Saturne, M8, M31 et M57, parmi les objets préférés de Michel.

M57, l'Anneau de la Lyre, observé au télescope à 100x.

Nous avons quitté les lieux peu après minuit, enchantés de cette belle sortie d'observation.

Je termine avec une remarque sur l'observation aux jumelles : l'observation de la région du Sagittaire où se trouvent M24 et M17 a laissé voir un fantastique fouillis d'étoiles et d'autres objets du ciel profond que je n'ai pas tous notés. L'impression d'ensemble est saisissante. Je crois que j'aimerais bien passer une soirée d'été entière, sans Lune et à la campagne, à balayer aux jumelles cette région du ciel et d'autres secteurs de la Voie Lactée et à noter tout ce qu'on peut y voir avec des 9x63.

Carpe noctem !